L’inclusion à l’envers

L’équipe de l’ASAQ est très fière de vous présenter le nouveau programme « L’inclusion à l’envers ».

À travers ce programme gratuit, nous visons une inclusion « inversée » en invitant les élèves voyants à découvrir et à essayer le goalball, le tennis sonore ou le cécifoot, selon s’ils sont de niveau primaire (troisième cycle) ou secondaire. Les élèves malvoyants auront la possibilité de faire partie d’une équipe au sein de leur propre école. De cette manière, toute la classe joue et peut comprendre mieux ce que l’élève avec une déficience visuelle vit au quotidien.

En outre, le programme L’inclusion à l’envers entend:
– Faire bouger les jeunes et contribuer au développement des habiletés physiques;
– Sensibiliser le milieu scolaire en démontrant que les jeunes malvoyants peuvent également faire du sport;
– Diversifier les sports à l’école;
– Favoriser la socialisation et stimuler l’esprit d’équipe.

LES DEUX VOLETS

Volet ÉCOLES PRIMAIRES
Initier les enfants d’âge primaire au goalball en animant ce sport dans les classes où au moins une ou un élève malvoyant ou non-voyant est intégré.
Pour télécharger le document de présentation en PDF, cliquez ici

Volet ÉCOLES SECONDAIRES

Initier au goalball, au cécifoot et au tennis sonore les classes de la première à la cinquième année du secondaire où au moins une ou un élève malvoyant ou non-voyant est intégré.

Le projet s’adresse prioritairement aux élèves aveugles ou malvoyants et à ceux qui les côtoient au quotidien dans leur groupe, qu’ils soient issus d’écoles francophones ou anglophones.

Pour télécharger le document de présentation en PDF, cliquez ici

LES TROIS SPORTS
Le goalball : a été inventé après la seconde guerre mondiale comme moyen de réadaptation pour les personnes devenues aveugles pendant la guerre. Le but du jeu est de faire rouler au sol, le plus rapidement possible, un ballon sonore de façon à ce que l’équipe adverse soit dans l’impossibilité de le bloquer avant qu’il ne pénètre dans le filet. Les joueurs en défensive tentent d’arrêter le ballon en se couchant sur le côté dans la trajectoire de celui-ci.

Le cécifoot : est une version adaptée du soccer pour les personnes ayant une déficience visuelle (malvoyantes ou non-voyantes). Il suit les règles de la Fédération internationale de football association. Les joueurs se servent de différents codes verbaux durant le jeu, notamment ‘‘Voy!’’ » qui signifie « Je suis là! ». Les élèves pourront jouer cinq contre cinq sur le terrain. À l’exception des gardiens, ils couvriront leurs yeux à l’aide de bandeaux.

Le tennis sonore : ou blind tennis est une adaptation du tennis classique et tire ses origines du Japon. En effet, un étudiant aveugle nommé Miyosho Takei commença à réfléchir à cette idée en 1984. Son objectif était de jouer au tennis avec des partenaires voyants. Les participants joueront avec des bandeaux, des lunettes de ski ou des modificateurs de vision. Leur niveau de vision influencera le nombre de rebonds permis.

Faites passer le mot : on vient animer gratuitement les cours d’éducation physique des classes incluant au moins un jeune ayant une déficience visuelle !
Pour toute information sur ce programme, contactez Inès Boukrab, animatrice-intervenante, par téléphone au 514-252-3178 poste 3716 ou par courriel à animation@sportsaveugles.qc.ca.